LITTÉRATURE

La solitude des nombres premiers de Paolo Giordano

29 août 2014 / 8 Commentaires

Résumé :

« Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et par eux-mêmes ; soupçonneux et solitaires, certains possèdent cependant un jumeau dont ils ne sont séparés que par un nombre pair. Mattia, jeune surdoué, passionné de mathématiques, en est persuadé : il compte parmi ces nombres, et Alice, dont il fait la connaissance au lycée, ne peut être que sa jumelle. Même passé douloureux, même solitude à la fois voulue et subie, même difficulté à réduire la distance qui les isole des autres. De l’adolescence à l’âge adulte, leurs existences ne cesseront de se croiser, de s’effleurer et de s’éloigner dans l’effort d’effacer les obstacles qui les séparent. Paolo Giordano scrute avec une troublante précision les sentiments de ses personnages qui peinent à grandir et à trouver leur place dans la vie. Ces adolescents à la fois violents et fragiles, durs et tendres, brillants et désespérés continueront longtemps à nous habiter.»

MON AVIS :

Tout d’abord, je souhaite remercier les éditions Points pour cet envoie. Ce roman a été très belle découverte pour moi. Je ne sais pas, pourquoi je ne l’ai pas lu avant ou même vu le film, puisqu’un film est sortit de ce livre. Certes, j’ai tout de même mit du temps à rentrer pleinement dans le récit.

Les premières pages du roman sont vraiment excellente. On est vite plongé dans l’histoire de Mattia. Un élève surdoué et qui en plus passionné par les maths. Ce qui m’a le plus touché dans son histoire c’est qu’il a abandonné sa sœur jumelle qui n’avait rien demandé, puisqu’elle était atteinte mentalement. Depuis ce jour, Mattia s’auto-mutile, puisqu’il s’en veut d’avoir fait ça, car elle est désormais introuvable. D’un autre côté, il y a Alice, une jeune fille atteinte d’anorexie chronique.

Cette histoire est bien amené par l’auteur. Car d’un côté il essaye de rapprocher ses personnages par leur enfance, mais aussi par le sens psychologique. Le passé de chacun d’eux m’a beaucoup touché et on s’attend à ce que leur rencontre soit la plus belle, mais il manquait quelque chose, beaucoup de choses même. Car Mattia et Alice pensaient un peu trop à eux et qu’au final, ils ont loupés énormément de choses. Car ce qui m’exaspère le plus dans un livre, c’est bien l’égocentrisme. Puisque-là ils se retrouvent toujours au point départ. Enfermé dans leur bulle sans jamais pouvoir s’en défaire.

Je ne dis pas, que cette histoire ne m’aurais pas laissé indifférente loin delà. Car elle laisse des marques dans mon esprit. Un sujet très bien abordé par l’auteur avec un style qui lui est propre. Même si je ne suis pas très calée avec les maths, je sais qu’il s’y cache un lien avec ceci. Malheureusement, j’aurais aimé ressentir plus de choses pour ces personnages, mais il n’aura pas provoqué la grande vague à laquelle je m’attendais. Néanmoins, je compte faire mon avis aussi sur le film. Un livre que je conseille tout de même, car il en vaut le détour !

 

●▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬●

 

❧ TRUCS EN PLUS :

◦ Titre original : La solitudine dei numeri primi.
◦ Roman parut chez l’édition Points.
◦ Disponible pour 7.22 € au Espace Culturel Leclerc.
◦ Un film a été également adapté de ce livre, au même nom.

 


Merci encore aux éditions Points pour cet envoie !

Vous aimerez aussi

8 Commentaires

  • Répondre Cassandre 31 août 2014 at 11:38

    Il a l’air pas mal ce livre, j’aimerais bien voir son adaptation !

    • Répondre Justine 31 août 2014 at 5:26

      Je vais voir pour le télécharger dans la semaine pour en faire une chronique.

  • Répondre Fantasty 31 août 2014 at 8:43

    je le note il pourrait être sympa si je ne sais pas quoi lire

    • Répondre Justine 31 août 2014 at 11:05

      Il est très sympa oui :). Je ne pensais pas faire une belle découverte.

  • Répondre splendide-books 1 septembre 2014 at 4:53

    ça ne me tente pas plus que ça ^^’

  • Répondre Axelle 6 septembre 2014 at 4:11

    Ton avis, quoiqu’un peu mitigé, me donne bien envie de lire ce livre, d’autant plus que le résumé et le titre m’intiguent beaucoup.

  • Laisser un commentaire